Archives du mot-clé RIP

Ride hommage Desty Corleone

Ride hommage à Desty Corleone le dimanche 2 novembre 2014

Ride hommage Desty Corleone
Mardi prochain, le 4 novembre, marquera le premier anniversaire du décès de Desty. Si vous l’avez connu ou simplement si vous étiez fan de sa musique, venez lui rendre hommage ce dimanche. Comme précisé sur le flyer ci-dessus, le rendez-vous est fixé à 13h au 1 rue de la Poterne des Peupliers (Tram 3a, arrêt Poterne des Peupliers) dans le 13e à Paris, entre la Porte de Gentilly et la Porte d’Italie.

Plus d’infos sur la page Facebook.

187prodplaylistadaweek15

#187prodplaylistadaweek15

187prodplaylistadaweek15

Arf, faisons semblant que cette 15e #187prodplaylistadaweek a bien été postée dimanche soir. Déjà qu’il n’y en avait pas eu la semaine précédente et qu’il n’y en aura pas non plus ce weekend (la faute aux ponts de mai tout ça…), promis, j’essaie de reprendre un rythme normal à partir du 19. Pour compenser, je vous ai mis la dose : 28 morceaux, dont un de mes préférés de Kris Kross (R.I.P. Mac Daddy), du gros G-funk à l’ancienne (Eddy Rebel), brand new (Big Sono) et même allemand (Maio), quelques country rap tunes (#FAITH de Scotty x DJ Burn One est vraiment top), autant de slappers et de trucs planants. Bref, que du bon son comme d’hab’…

Les Parisiens, n’oubliez pas, RV jeudi prochain à la Favela Chic ;)

Lire la suite

R.I.P. Chris Kelly aka Mac Daddy de Kris Kross

RIP Chris Kelly aka Mac Daddy of Kris Kross. Part of my childhood just died with him :(

A post shared by Julien "Kicket" Tribet (@kicket187prod) on

Pour ceux qui mettent deux putains de « s » à « Kriss » (les mêmes sans doute qui écrivent « DJ Quick », « Snoop Dog », « Easy-E », etc.).

Lire la suite

187prodplaylistadaweek13

#187prodplaylistadaweek13

187prodplaylistadaweek13

L’une des meilleures sorties Bay Area de 2013 pour l’instant (Young Gully), la nouvelle livraison tout à fait conforme du meilleur rappeur/producteur des années 2010 (Big K.R.I.T.), le leak du premier album du meilleur rappeur roux de tous les temps (Rittz), un refrain inédit du meilleur chanteur de refrains de l’histoire du G-funk (Nate Dogg, R.I.P.), 17 autres balouses qui vont du plus coup d’pression (Krayzie Bone) au plus planant (Night Moves) en passant par le plus à propos en ce dimanche enfin de saison (Fibo de FRER 200), on peut dire que la semaine aura été fructueuse. Dommage toutefois qu’elle ait été endeuillée par la disparition jeudi du chanteur, compositeur et surtout pianiste jazz-funk Don Blackman.

Lire la suite

187Show094

187 Show #94 – R.I.P. Eazy-E – Guests: Aelpéacha, Deskeu

187Show094

Il y a 8 ans jour pour jour, je consacrais un 187 Show spécial (et fleuve, quasiment 6 heures !) aux 10 ans de la mort d’Eric. Vu qu’on en fêtait avant-hier le 18e anniversaire, je vous laisse faire le calcul. La liqueur de malt a coulé sous les ponts depuis. Les liens donnés à l’antenne sont par exemple sûrement tous obsolètes aujourd’hui (en mars 2005, ni YouTube, ni Myspace et encore moins Facebook n’avaient débarqué en France, ça remet les choses en perspective). Mais nos bavardages et anecdotes avec le A et Deskeu (le même qui a produit pour les Sales Blancs) sont toujours golri à écouter. Quant à la playlist, elle est on ne peut plus d’actu. De toute façon, une playlist dédiée à Eazy-E est éternelle, n’est-ce pas ?

Le portrait est l’oeuvre du homie Cap.10.0 Design. Si vous ne connaissez pas son travail, allez mater sa page Facebook, c’est un peu notre Godfather Of Gangsta Painting français…

Lire la suite

Shady Blaze – Rest In Peace R.J.

Proche du duo Main Attrakionz et membre du collectif Green Ova, Shady Blaze est un de ces nombreux jeunes loups talentueux dont regorge la Bay (et Oakland en particulier). Il vient de perdre son fils, né prématuré le 2 mars dernier. Au-delà de la compassion naturelle qu’un tel drame impose, j’ai du mal à ne pas ressentir une forme de malaise vis-à-vis de l’instantanéité avec laquelle il a posté ce morceau et de l’absence de pudeur de la vidéo qui l’accompagne, somme toute assez symptomatiques de l’ère post-2.0 dans laquelle nous vivons. Mais dans le même temps, comment ne pas être complètement admiratif devant une démonstration aussi touchante et révélatrice de ce que le rap peut offrir de meilleur : son pouvoir cathartique.