Archives pour la catégorie Releases

Insane & D-Mack – Lookin Fo The Dopeman

Insane & D-Mack - Lookin For The Dopeman

Premier Records est mort, vive Drop Top Music ! Bon, pas tout à fait. En résumé : l’Allemand Philipp Geibel, bien connu des collectionneurs (InDO sur le forum Siccness, Bayfunkk06 et maintenant soundchronicles sur eBay, c’est lui), s’était associé au site IITight Music pour lancer Premier Records, spécialisé dans les raretés gangsta rap et G-funk. Mais après trois projets en commun (Scoot DoggG-Slimm et Young Ace), différentes raisons de contrôle logistique et artistique l’ont conduit à monter son propre label, Drop Top Music, dont Premier Records continuera toutefois d’assurer la distrib’ au Japon. Et bien sûr 187 Prod en France.

Ce point éclairci, voici donc la première livraison 100% DTM, à savoir Lookin Fo The Dopeman, une sortie locale et tape only de 1995 enfin pressée en CD (500 exemplaires en l’occurence) et remasterisée pour l’occasion. Découverte totale en ce qui me concerne et grosse claque dans ma gueule. La vôtre aussi a priori. À peine majeurs à l’époque (« Only 21 but the police know me »), Insane et D-Mack baignaient de toute évidence dans la mobb music de la Bay et le G-funk SoCal. Rien d’étonnant ceci dit, Fresno se situant au coeur de la San Joaquin Valley, grosso modo à mi-chemin entre Sacramento et Los Angeles. Cette double influence transpire dans les prods acoustiques d’Insane, qui joue tous les instruments lui-même, sauf la basse, omniprésente, confiée à Mozell Dixon Jr. Le cadet de la fratrie The Dixons, groupe légendaire de la scène funk de No-Town, avait d’ailleurs signé le duo sur le label familial UG Records l’année précédente pour un Maxi CD 6 titres, In It For Da Money.

Lire la suite

Taylor Boyz – 28 Gramz: Pure Dope

Taylor_Boyz-1996-28_Gramz_Pure_Dope-Front

Dame Liz est partie hier rejoindre son ami Bambi et moi, par une association homonymique un peu tirée par les cheveux, je me suis ressorti des cartons le premier album des Taylor Boyz. Je parle des originaux bien sûr, ceux de Memphis, pas ceux de Chicago ni les gamins d’East Oakland ou le gang de Wiz Khalifa. S’ils ont apparemment disparu de la circulation aujourd’hui (retraite, prison, décès ?), K.O.Cane Wayne et Taylor Boy ont fait les belles heures d’Alkatraz Dope Muzik dans la seconde moitié des années 1990. Le label d’Al Kapone, au même titre que le Street Smart Records de Tommy Wright III ou le Hypnotize Minds de DJ Paul et Juicy J, aura contribué à définir ce son crapuleux si typique de M-Town à l’époque, mélange d’influences mobbish Westcoast et d’ambiances horrorcore, à base de boîtes à rythme TR-808 ou TR-909 poussiéreuses, de synthés cheap jouissivement stridants et de basses à déterrer les morts. Autrement dit, les prémices du “get buck get crunk” local qui, débarrassé de sa dimension crade et maléfique, se transformera ensuite au contact de la culture strip club d’Atlanta et d’un certain Petit Jean en party music survitaminée et caricaturale.

Lire la suite