Archives mensuelles : octobre 2012

15 OOP rare shit gangsta rap & G-funk albums

15 OOP rare shit gangsta rap & G-funk albums [Playlist]

Yeah, nouvel arrivage massif dans le 187 Store : pas moins de quinze pépites gangsta rap et G-funk mid-90’s ! Comme d’hab’ désormais avec ce genre de ref’ (cf. Scoot DoggG-Slimm et Young Ace), je me suis fourni auprès du poto Philipp aka soundchronicles sur eBay aka l’homme derrière les labels Premier Records et Drop Top Music. En m’assurant de pouvoir vous proposer un tarot décent, comme d’hab’ là aussi : 15€ pièce + fdp. Parce que la OOP-Rare-Shiterie c’est bien mignon, mais je n’ai jamais trop compris le principe de foutre la moitié d’un SMIC dans un « simple » skeud, aussi introuvable soit-il. Et puis moi-même collectionneur, j’aurais du mal à me regarder dans un jewel case si je prenais ceux qui partagent cette passion pour des pigeons…

Lire la suite

Polyester The Saint ft. Jay 305 – Stroll Out

Ne vous fiez pas à son blase chelou, Polyester The Saint est plus que cool, il est hellagood. Oubliez le swag des rappeurs fast food et autres hipsters beaufs, comme lui adoptez plutôt le creez. Mais attention, il ne suffit pas de piquer la garde-robe et la désinvolture de Jazz dans Le Prince de Bel Air pour s’improviser chantre de cette espèce de néo-dandysme street californien. Encore faut-il dégager naturellement une impression de facilité et une bonne humeur contagieuse. Des ondes positives que le grand échalas aux faux airs de Shawn Stockman croisé avec Puff Daddy sait retranscrire à la perfection dans sa musique. Laidback, ensoleillée et joyeuse, celle-ci semble faite pour stroll out justement, c’est-à-dire flâner, se balader. À pied, en skate ou en Chevrolet El Camino SS, peu importe, mais en prenant toujours bien le temps d’apprécier les petits plaisirs de la vie, qu’il s’agisse d’un verre de vin ou des courbes d’une PYT, peu importe là aussi. Même s’il a apparemment un peu vécu du côté de la Bay (« That’s why ya boy P say « Yee! » all day »), quelle meilleure muse que la Cité des Anges pour lui inspirer de telles promenades mélodieuses et hédonistes ? Sa face souriante du moins, cela va de soi. Polyester, c’est la rage straight outta Compton qui se serait noyée dans le triangle des bermudas en toutes saisons, quelque part entre les vieilles bâtisses de West Adams, le Forum d’Inglewood et les plages de Venice et Santa Monica.

Lire la suite